Environnement de taux bas et rendement en berne pour les fonds en euros : quelles alternatives ?

Environnement de taux bas et rendement en berne pour les fonds en euros : quelles alternatives ?

Je suis conseiller en gestion de patrimoine et je constate que le rendement moyen des fonds en euros se réduit depuis plusieurs années. Il a atteint 1,7 % en 2018 et environ 1,4 % en 2019. Avec ce niveau de rendement, faut-il continuer à investir sur les fonds en euros ?

Épargne

Le constat

Selon l’Insee, le taux d’inflation a été de 1,8 % en 2018 et de 1,1 % en 2019. C’est dire que le fonds en euro classique ne préserve plus le pouvoir d’achat de l’épargne placée. Il faut donc envisager des alternatives, une réorientation de l’épargne vers des unités de compte de remplacement.

L’assurance vie n’est pas « que » le fonds en euros.  Elle demeure un cadre fiscal avantageux (en cas de rachat ou de transmission par décès), mais l’épargne investie doit être diversifiée. Aujourd’hui, le vrai risque pour l’épargnant est peut-être de ne pas prendre de risques.

Pour remplacer les fonds en euros il n’existe pas d’alternative unique, mais plusieurs solutions ou enveloppes peuvent répondre aux objectifs de l’épargnant. La diversification est maintenant indispensable pour obtenir un rendement. Continuer à verser sur les fonds en euros, c’est la garantie de ne plus gagner d’argent. 

Des solutions « alternatives »

Selon le profil investisseur de l’épargnant, une partie de son épargne pourrait être réorientée du fonds en euros vers les unités de compte. 

Dans ce cas, nous pouvons vous proposer de lisser vos investissements grâce aux versements périodiques et aux options d’investissement progressif sur les supports actions ou dynamiques pour réduire la volatilité sur le long terme, plutôt qu’un investissement en une fois. En effet, il est difficile de savoir si les marchés sont actuellement à un point d’entrée. Investir la même somme régulièrement permet de lisser la performance.

Il peut également être proposé de dynamiser uniquement les gains latents au sein du contrat.

Fonds flexibles et diversifiés

Les fonds flexibles et diversifiés (sous la forme d’OPCVM) proposent une allocation variable qui évolue en fonction des opportunités sur les marchés financiers. Ils bénéficient du suivi régulier d’une équipe de gestion qui adapte le degré d’exposition aux risques en modifiant l’allocation entre les différentes classes d’actifs si nécessaire. L’horizon d’investissement recommandé est de 3 ans minimum. 

Fonds obligataire de portage et fonds « datés »

Un fonds daté est un fonds qui allie à la fois un horizon de maturité déterminé pour chercher à assurer un rendement obligataire récurrent et une partie flexible pour bénéficier de toutes les opportunités obligataires. Ces fonds fonctionnent sur le principe du portage, et le fait de les détenir jusqu’à leur terme permet de diminuer les risques de baisse du rendement liés à la remontée des taux ou une augmentation des défauts.

Unités de compte immobilières

Les assureurs proposent depuis plusieurs années des unités de compte immobilières telles que des parts de SCPI, SCI ou OPCI. Ces structures gèrent des biens immobiliers locatifs et offrent une rentabilité actuelle attrayante (± à 4 % par an), à défaut d’une garantie en capital. Investir sur ces supports à travers un contrat d’assurance vie permet de bénéficier d’une fiscalité réduite sur des revenus (par rapport aux revenus fonciers perçus en détention directe) et sur la transmission.

Fonds structurés

Ce sont des produits complexes dont les conditions de fonctionnement sont clairement définies dans le prospectus détaillé. Les produits structurés visent un rendement supérieur aux fonds en euros. Ils offrent une « garantie » en capital conditionnelle qui n’est donc pas totale. Leur niveau de protection les rend théoriquement moins risqués qu’un placement actions, mais aussi moins performants à la hausse. Ces produits structurés sont peu liquides. L’horizon d’investissement recommandé est de 8/10 ans minimum.

Fonds euro-croissance

Les fonds euro-croissance offrent une garantie en capital qui n’est plus permanente mais uniquement à l’échéance (au minimum 8 ans, durée fixée par l’assureur). L’Euro-croissance permet aux équipes de gestion d’avoir plus de liberté d’action qu’un fonds en euros classique. Une partie du fonds euro-croissance est investie sur des actifs plus risqués pour espérer obtenir un rendement supérieur, et l’autre partie est conservée de façon plus prudente, afin d’assurer la garantie en capital à l’échéance.

Remarque : La Fédération française de l’assurance distingue 2 types de garantie. L’appellation « euro-croissance » concerne uniquement les fonds qui offrent une garantie totale à terme du capital investi. Pour les fonds ne proposant qu’une garantie partielle, c’est la désignation de fonds « croissance » qui doit être utilisée.

Private equity et le crowdfunding

Il s’agit d’un mécanisme qui permet de collecter les apports financiers. On parle généralement des petits montants d’un grand nombre de particuliers au moyen d’une plateforme sur internet en vue de financer un projet.

Sous sa forme « obligataire », le crowdlending ou emprunt obligataire est un mode de financement participatif, basé sur le système de prêt. En souscrivant à des obligations émises par une entreprise, l’investisseur peut financer la croissance des PME et même investir de manière différente dans l’immobilier. Contrairement à un investissement en capital, l’emprunt obligataire est un placement à court terme avec un taux de rentabilité relativement attractif. Il s’agit néanmoins d’une opération de capital risque, présentant donc des risques de perte en capital, d’illiquidité et de défaut. Mais ces solutions ont de leur côté un rendement attractif et une décorélation à l’évolution des marchés financiers. 

Nos conseils pratiques

Pour prendre acte de la baisse des rendements et trouver une stratégie pour générer du rendement avec votre épargne, deux notions fondamentales reviennent au coeur de la stratégie d’investissement :
– le temps avec la définition de l’horizon d’investissement qui redevient essentiel,
– et la diversification : toutes les solutions exposées ci-dessus ont du sens et peuvent se coupler entre elles.

Votre conseiller patrimonial adaptera cette diversification en fonction de votre situation et de votre horizon d’investissement.

Voir la fiche de ce professionnel sur fidroit.fr/votre-expert

Nos décriptages à ce sujet

Transférabilité des contrats d’assurance-vie : aubaine ou danger ?

Épargne
Vous avez depuis peu la possibilité de transférer librement votre contrat d’assurance-vie, au sein d’une même compagnie, sans perdre son antériorité fiscale.

En tant qu’épargnant, la mesure est loin d'être neutre : elle vous permettra notamment de remplacer vos "vieux contrats" par de nouveaux contrats plus modernes et potentiellement plus rémunérateurs.

Mais cette opportunité est-elle dans votre intérêt, ou dans celui des assureurs ? Que faut-il faire, transférer ou ne pas transférer ?

Quoi de neuf pour la fiscalité en 2020?

Fiscalité
Qui dit nouvelle année, dit nouveautés fiscales : baisse de l’impôt sur le revenu, simplification de la déclaration de revenus, suppression de la taxe d’habitation, transformation du CITE en prime, aménagement et prorogation de certains dispositifs fiscaux…
Découvrons ensemble les mesures phares qui vont influencer vos stratégies patrimoniales dès cette année.