Retour à la liste d'actualités

L’AGEFI ACTIFS : Sous-estimer les conséquences de la transparence serait une grave erreur

  
L’AGEFI ACTIFS : Sous-estimer les conséquences de la transparence serait une grave erreur

Article pour

 

Qu'on ne s'y trompe pas : se préoccuper du sort des rétrocessions est non seulement légitime mais indispensable pour assurer la pérennité des professionnels.

 

Cependant, sous-estimer les conséquences de la transparence serait une grave erreur. Elle sera non seulement un facteur de négociation commerciale dans la relation contractuelle entre le professionnel et ses clients, mais elle va aussi et surtout remettre le client au centre du dispositif.

 

Si certaines initiatives prises par des acteurs du monde la finance sont de nature à solutionner l'interdiction des rétrocessions des assets en faveur des compagnies qui elles mêmes les redistribuent aux CGPI, nous pouvons nous en féliciter.

 

Il n'en reste pas moins qu'on ne solutionne que la dimension réglementaire du problème. La transformation des chargements d'un mandat de gestion en frais de gestion supplémentaires d'un contrat d'assurance, va, dans un environnement transparent, complexifier la commercialisation des produits d'épargne.

 

En effet, il n'est pas rare d'entendre des professionnels rappeler leur difficulté à facturer des honoraires. Des commissions dont le montant est parfaitement déterminé pour un client final constitueront à n'en point douter un obstacle identique.

 

On en revient alors à la valeur dont le professionnel est porteur aux yeux de son client pour savoir ce qui sera effectivement monnayable et facturable.

L'abandon du qualificatif « indépendant » n'est donc pas la panacée.

 

Je crains que d'autres solutions telles que les sociétés de gestion ne puissent s'appliquer qu'à un nombre très restreint d'acteurs. Quant aux fonds dédiés, ils peuvent, eux, être la source de conflits d'intérêts